Un métier, une passion: la vie à la ferme

La vie à la ferme n’est plus la même chose qu’il y a des dizaines d’années. Aujourd’hui la vie rurale est souvent montrée en exemple.

La ferme se transmet bien souvent de génération en génération

Auparavant c’était une obligation. Maintenant ça peut devenir un choix. Les mentalités ont changé et on comprend que ce n’est pas toujours facile de suivre l’exemple de ses parents. Suivant les régions, l’investissement est colossal et il faut donner beaucoup de son temps pour un salaire parfois dérisoire. On montre bien souvent les grands ensembles paysans mais de petites fermes aussi subsistent dans toutes les régions de France. On aime ce métier parce qu’on est né avec. D’autres s’installent après changement d’orientation professionnelle.

vie à la ferme en 1750

Ici aussi la technologie est à la pointe

Quels que soient les produits que vend le fermier, il est aidé par les méthodes modernes. L’ordinateur trouve sa place partout et les applications diverses sont une facilité. D’ailleurs les tracteurs sont de véritables merveilles. En général il faut beaucoup de travail et le paysan ne compte pas ses heures. Une vie rurale est toujours considérée comme un sacerdoce et vue de l’extérieur, peut sembler austère. Aujourd’hui le monde paysan retrouve un certain plaisir, quand ce n’est pas une obligation, à aller vers le consommateur. Entre plusieurs producteurs, on forme une association et on vend les produits recherchés par la clientèle. Ainsi, de plus en plus, on peut trouver à quelques kilomètres de chez soi, un panier comportant des produits frais, bien souvent bio, mais surtout à prix compétitifs. Tout le monde est gagnant. Des labels sont déposés et deviennent de plus en plus connus. C’est une formule qui plaît bien.

Vivre de son travail c’est surtout ce qui importe à la nouvelle génération de paysans.

admin